home accés à l’extranet newsletter search
  OT Ayen
Découvrir Ayen

L'église Sainte-Madeleine

Information / Réservation

Tél : 0555251667

Célèbre pour ses enfeus classés du XIIème siècle (date à laquelle elle a d’abord été édifiée, puis détruite au XIXème siècle et reconstruite) et ses pentures du XIV°siècle, l’Eglise d’Ayenoffre également une belle collection de modillons .

L’église d’Ayen fut construite au XII° siècle par la puissante famille des Bernard qui fît bâtir ou rebâtir la plupart des églises de la région. On suppose que les vicomtes de Limoges participèrent à sa construction. Si, comme toutes les églises de cette époque, elle constituait un refuge pour les pauvres et les malades, elle fut aussi le théâtre de nombreuses violences tout au long de son histoire.

En 1076, elle fut donnée à l’abbaye de Solignac. Son administration fut d’abord confiée à des moines puis à des prêtres qui « oublièrent » peu à peu de payer leur redevance annuelle. Suspendu de ses fonctions pour cette raison, le prêtre Bernard fit appel à un noble limousin, Hugues de Jaunac qui envahit le prieuré et maltraita cruellement les moines. Plus tard, d’autres invasions et violences eurent lieu dans l’église pour des raisons d’intérêts ou de droits. A la suite d’un mandement de l’archevèque de Bourges, il fut ordonné de suspendre les offices dans l’église d’Ayen et « d’en fermer les portes avec des épines… »

D’autres turbulences agitèrent Ayen et son église au cours de la guerre de Cent ans, période durant laquelle les Anglais et leurs bandes de pillards semaient la peur et la violence dans tout le Limousin.

Le 6 Mai 1894, il fut décidé de démolir l’église de Ayen-Bas en raison de son état de délabrement. La destruction de ce « joyau architectural » négligé et sacrifié pour cause de rivalités et par manque de ressources, souleva alors l’indignation, mais rien ne put empêcher sa disparition. On procéda alors à la construction de l’église de Ayen-Haut dont quelques éléments témoignent encore de la beauté de l’église primitive : en haut des murs, les modillons sur lesquels figurent des personnages, deux enfeus et les pentures du portail datant du XIII° siècle.